Bilan de la Journée de Namur 2019

Des articles intéressants en fin de page sur une présentation de la politique de gestion de la varroase du gouvernement italien par le Docteur Nanetti.

Le nombre de varroa présent sur le lange n’est pas corrélé aux nombre de varroas dans la ruche. Il faut faire des traitements systématiques. Vous pouvez télécharger les PDF des présentations.

Il ya aussi la méthode italienne pour me traitement du varroa en été. (encagement puis acide oxalique)

Traitement AO et dérèglement climatique en fin de page

Stocker les ruches dans l’obscurité ?

Aux USA, les apiculteurs stockent leur ruches dans des hangars à pommes durant l’hiver dans l’obscurité. Mais pourquoi ?

Obscurité = arrêt de ponte de la reine = plus de couvains = meilleur traitement contre varroas = contrôle de la mortalité

Vous pouvez utiliser le traducteur en ligne gratuit : https://www.deepl.com/translator

Les varroas phorétiques

Le varroa, toujours le varroa, l’ennemi N° 1 de nos ruches. 

Un article de Butine nous apprend qu’il se nourrit en fait des corps gras de l’abeille.

L’article au complet : http://butine.info/les-varroas-phoretiques-endommagent-le-corps-gras-des-abeilles/

Nous avions mis en juillet 2018, une vidéo Youtube sur le chercheur Samuel Ramsey qui avait trouvé que les varroas se nourrissaient des lipides de l’abeille

L’article complet en anglais !

Conférence apicole

Les amis des abeilles et le Groupement d’Action Sanitaire apicole du Rhône organisent le jeudi 17 janvier de 19 h 00 – 21 h 00 à l’ECAM 40 montée St Barthélémy 69005 Lyon

une conférence publique entrée libre

Abeilles et Agriculture : derrière les idées reçues…

par Axel Decourtye

Sujet :

De nombreuses études démontrent les bénéfices réciproques entre les abeilles et l’agriculture – d’un côté, les abeilles contribuent à notre alimentation via la pollinisation et de l’autre, les cultures apportent des ressources aux abeilles – tandis que d’autres prouvent le rôle de l’usage de certains pesticides et de l’appauvrissement de la flore dans le déclin des abeilles. La difficile adéquation entre l’intensification des pratiques agricoles et la protection des abeilles a été la source de vives controverses entre scientifiques, et de tensions entre les apiculteurs et les agriculteurs.

Le sujet est largement relayé par les médias mais souvent seulement par la surface des choses. La présentation partira de quelques idées reçues pour faire état des principaux enseignements issus de la recherche. Ces connaissances nous amènent à positionner les abeilles au cœur de l’actuel défi de l’agriculture qui est de maintenir les productions en reposant plus sur les processus écologiques, dont la pollinisation, et moins sur l’usage des produits chimiques.

Les études sur le déclin des populations d’abeilles révèlent le besoin urgent de changer radicalement de pratiques. Or des mesures concrètes issues de la concertation entre scientifiques, protecteurs des abeilles et agriculteurs, peuvent enrichir la flore et réduire les risques d’intoxication des abeilles.

Axel Decourtye, est Directeur Scientifique et Technique de l’ITSAP (Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation)

Fabrication du candi Chez Naturapi

Samedi 8 décembre, nous avons assisté chez Naturapi à la fabrication de candi.

Recette :

  • 1 sac de beefondant de 10 Kg
  • 1 litre d’eau
  • 1 malaxeur électrique ou 1 perceuse avec malaxeur
  • 1 toit ruche avec un sac poubelle
  • 1 spatule
  • 1 trépied et sa bouteille de  gaz

Faire bouillir 1 litre d’eau, verser la moitié du sac, mélanger jusqu’à obtenir une pâte lisse, verser le reste du sac et mélanger à nouveau jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse.

Eteindre le gaz et verser la pâte dans le couvercle avec la spatule.

Laisser refroidir et découper en 9 morceaux avec un couteau ou une spatule de chantier ou une roulette à pizza. On peut mettre des croisillons en métal ou en bois pour fabriquer les morceaux.

Démouler, mettre dans des sachets ou en cellofrais ou dans du papier car les morceaux collent entre eux.